KEMAL GÖZLER'ÝN WEB SÝTESÝ

www.kemalgozler.com


 

LES VILLAGES POMAKS DE LOFÇA - Kemal Gözler

 

 

[Cliquez ici pour lire ce livre en format de PDF.]


Kemal Gözler, Les villages pomaks de Lofça aux XVe et XVIe siècles d'après les tahrir defters ottomans, Ankara, Publications de la Société turque d'Histoire, 2001, XII+119 p. (www.anayasa.gen.tr/pomak.htm; ).
ISBN: 975-16-1453-8

Maisons d'édition:
Türk Tarih Kurumu
Kýzýlay Sokaðý No. 1
06100 - Sýhhiye / Ankara - TÜRKÝYE
Tel : +90 312 310 2368;  Faks: +90 312 310 1698 (http://www.ttk.gov.tr)
http://www.ttk.org.tr/index.php?Page=Yayinlar&KitapNo=104
 

 

     ÖZET: OSMANLI TAHRÝR DEFTERLERÝNE GÖRE XV VE XVI'NCI ASIRLARDA LOFÇA POMAK KÖYLERÝ.- Pomaklar anadil olarak Bulgarca konuþan bir Müslüman topluluktur. 1877-1878 Türk-Rus Harbinden önce Bulgaristan'da Rodoplar ve Lofça (Lovec) olmak üzere iki ayrý bölgede yaþýyorlardý. Lofça Pomaklarýnýn kökenleri bilinmemektedir. Bulgar tarihçilere göre, Lofça Pomaklarý, saf Bulgar ýrkýndandýr ve Osmanlý döneminde Ýslam'a zorla ihtida etmiþlerdir. Bu kitap, XV ve XVI'ncý yüzyýlda tutulmuþ Osmanlý tahrir defterleri itibaren Lofça Pomaklarýnýn kökeni sorunun çözmeye çalýþmaktadýr. Bu defterler, Lofça bölgesindeki 40 Pomak köyünde ortaya çýkan ilk Müslümanlarýn (=Pomaklarýn) büyük çoðunluðu itibarýyla ihtida kökenli olduklarýný göstermektedir. Zira, bu defterlerden, Müslüman bireylerin 1516’da % 42’si 1545’te % 72’si ve 1579’da % 21’i "veled-i Abdullah", yani yeni mühtedi olduðu sonucuna ulaþýlmaktadýr. Keza, bu kitap, bu köylerde ilk Müslümanlarýn binden bire deðil, uzun bir tarihsel süreç sonucunda ortaya çýktýðýný göstermektedir. Bir yüzyýl boyunca (1479-1579), bu köylerdeki toplam nüfusun yalnýzca % 5’i Müslüman olmuþtur. Bu da Pomaklarýn Ýslam'a zorla ihtida ettirildiði tezini çürütmektedir.


     ABSTRACT: POMAK VÝLLAGES OF LOFÇA IN 15th and 16th CENTURIES ACCORDING TO OTTOMAN TAHRIR DEFTERS.- The Pomaks are a Bulgarian speaking Muslim community. They used to live mainly in two regions before the Turkish-Russian War of 1877-1878. Those regions were Rhodopes and Lofca (Lofça, Loveč) in Bulgaria. The origins of Lofca Pomaks remain rather unclear. According to Bulgarian historians, Lofca Pomaks are of Bulgarian race and during the Ottoman rule, they converted to Islam under coercion. This book purports to resolve the question of the origin of the Lofca Pomaks through examination of the unpublished Ottoman tahrir defters (census registers) of 15th and 16th centuries. Those registers reveals that vast majority of the earlier Pomaks of Lofca converted to Islam. In 1516 42%, in 1545 72% and in 1579 21% of the Muslim Lofca Pomaks' names were “son of Abdullah”, i.e. new converts. Moreover this book demonstrates that it is not possible to determine exactly on which date the first Muslim Pomaks began to emerge. It was a lengthy process. Throughout a century (1479-1579), only 5% of the total population of 40 villages became Muslims. Accordingly, it seems difficult to argue that the Pomaks converted to Islam under coercion.


    RESUME : Les villages pomaks de Lofça aux XVe et XVIe siècles d'après les tahrir defters ottomans.- Les Pomaks sont une communauté musulmane de langue bulgare. Avant la guerre turco-russe de 1877-1878, les Pomaks vivaient en deux régions: dans les Rhodopes et dans la région de Lofça (Loveč) en Bulgarie. Les origines des Pomaks de Lofça restent obscures. Selon les historiens bulgares, les Pomaks de Lofça sont de pure race bulgare et convertis à l’Islam par la force à l’époque ottomane. Ce livre a pour objet de résoudre le problème de l’origine des Pomaks de Lofça à partir des tahrir defters (registres de recensement) ottomans inédits des XVe et XVIe siecles. Ces registres montrent que les premiers Pomaks de Lofça, dans la plus grande partie, sont d’origine d’une conversion effectuée sur place. Car, 42 % en 1616, 72 % en 1545 et 21 % en 1579 des individus musulmans sont des fils d’Abdullah, c’est-à-dire des nouveaux convertis. Ce livre montre également que l’apparition des premiers Pomaks n’est pas datable. Il s’agit d’un processus long et lent. Durant un siècle (1479-1579), seulement 5 % de la population des 40 villages sont devenus musulmans. Ceci réfute la thèse de la conversion forcée des Pomaks à l’Islam.


 

Cliquez ici pour lire ce livre en format de PDF.

 

 


Pour la notice bibliographique (en englais) écrite par S. Draganova, voir:

For a book review by S. Draganova, see:

(Bu kitap hakkýnda S. Draganova tarafýndan yazýlmýþ bir inceleme yazýsý için bkz. (Yazý ingilizcedir):

S. DRAGANOVA, "Gözler, Kemal. Les villages pomaks de Lofça aux XVe et XVIe siècles d'après les tahrir defters ottomans" (Notice bibliographique), ÉTUDES BALKANIQUES, XXXVIII, 2 (2002) p.162-164. Click here. Cliquez ici. Burasýný týklayýnýz.

 

For a book review of this book by Kaan Durukan see:

(Bu kitap hakkýnda Kaan Durukan tarafýndan yazýlmýþ bir kitap tanýtým yazýsý için bkz (Yazý Ýngilizcedir):

Reviewed by Kaan Durukan, International Journal of Turkish Studies, Vol. 9, Nos. 1-2 (Summer 2003), p.318-321
(ISSN: 0272-7919 0272-7919). [HTML] [MS WORD]

 


TTK'dan On-Line Satýn Alma:

http://e-magaza.ttk.org.tr/switch.php?file=ProductInfo&cat_id=82&product_id=1750


 


 

CONSEIL SUPRÊME D'ATATÜRK POUR CULTURE, LANGUE ET HISTOIRE

PUBLICATIONS DE LA SOCIETE TURQUE D'HISTOIRE

Serie XIV - No 26

 

 

 

 

 

LES VILLAGES
POMAKS DE LOFÇA
AUX XIVe ET XVe SIECLES

D’APRES LES TAHRIR DEFTERS
OTTOMANS

 

 

 

 

  

KEMAL GÖZLER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 IMPRIMERIE DE LA DE LA SOCIETE TURQUE D'HISTOIRE - ANKARA

2001


Kemal Gözler est maitre de conference a l'Université d'Uludag, Faculté de sciences économiques et administratives (IIBF), 16059, Gorukle- Bursa, Turquie

 

ISBN: 975-16-1453-8

Raportör: Bahaeddin Yediyýldýz.
 


 

Table des matières

 

Introduction................................................................................... 1

Les thèses sur les origines des Pomaks de Lofça............................. 7

La présentation des tahrir defters (registres de recensement)......... 12

Une question préalable................................................................... 12

1. La distinction entre les Pomaks et les Bulgares..................... 13

2. La distinction entre les Pomaks et les Turcs.......................... 13

    a) Ýcmal tahrir defters (registres abrégés de recensement).. 14

    b) Mufassal tahrir defters (registres détailés de recensement).. 14

        aa) Les « fils d'Abdullah »............................................... 14

        aa) Les « petit-fils d'Abdullah »........................................ 16

Détermination des villages pomaks................................................. 17

I. Examen du tableau n°4 par colonnes.................... 28

A. Le tahrir defter de 1479.................................................... 29

B. Le tahrir defter de 1516.................................................... 32

C. Le tahrir defter de 1545.................................................... 35

D. Le tahrir defter de 1579.................................................... 37

E. Le Salname-i Vilayet-i Tuna de 1873................................. 40

II. L'examen du tableau N°4 par lignes...................... 42

1. Bela Slatina........................................................................ 42

2. Belençe.............................................................................. 45

3. Býrkaçevo........................................................................... 46

4. Blýsniçevo........................................................................... 47

5. Breþte (Breþke).................................................................. 48

6. Bukofça............................................................................. 48

7. Curilova.............................................................................. 49

8. Çomakofça......................................................................... 49

9. Çerikova............................................................................. 51

10. Çerven Breg..................................................................... 52

11. Dermançe......................................................................... 53

12. Dýbene.............................................................................. 53

13. Dolni Dýbnik...................................................................... 54

14. Gorni Dýbnik...................................................................... 54

15. Galata............................................................................... 56

16. Glava................................................................................ 61

17. Gornik.............................................................................. 62

18. Gradeþniça........................................................................ 62

19. Hubuvane (Huyuvan)........................................................ 63

20. Ýzvor (Ýzvor-i Muslim, Turski Ýzvor, Bălgarski Ýzvor)............ 64

24. Jelezne (Malka)................................................................. 68

21. Kneja (Çarev Kladeniçe)................................................... 69

22. Komarevo (Komarofça).................................................... 71

23. Koynare (Konyar)............................................................. 72

24. Kurusoviça....................................................................... 73

25. Lepiça.............................................................................. 75

26. Leþniça (Pomaþka Leþniça, Kirçevo).................................. 76

27. Lukovit (Gorna)................................................................. 79

28. Petrevene......................................................................... 81

29. Popiça.............................................................................. 82

30. Radomirçe........................................................................ 82

31. Reseleç............................................................................ 82

32. Roman.............................................................................. 84

33. Rupçe............................................................................... 86

34. Suhaç............................................................................... 87

35. Týrnak............................................................................... 88

36. Tlaçane............................................................................ 88

37. Todoriçane........................................................................ 89

38. Toros................................................................................ 90

39. Ugýrçin............................................................................. 92

40. Yaniça (Eniça).................................................................. 94

Les villages de derbend.......................................................... 95

Les villages de voynuks.......................................................... 96

Conclusion.................................................................................... 98

Supplément: Carte des villages pomaks de Lofça............................. 101

Bibliographie................................................................................. 103

Index............................................................................................ 121

    

 Liste des Tableaux

Tableau n° 1 : La liste des villages pomaks........................................................... 19

Tableau n° 2 : Division administrative des villages pomaks............................... 23

Tableau n° 3 : Les numéros de pages des tahrir defters.................................... 25

Tableau n° 4 : La population musulmane et chrétienne dans les villages pomaks de Lofça................................... 26

Tableau n° 5 : Les Musulmans en 1479.................................................................. 29

Tableau n° 6 : Les Musulmans en 1516.................................................................. 34

Tableau n° 7 : Les Musulmans en 1545.................................................................. 36

Tableau n° 8 : Les Musulmans en 1579.................................................................. 38


 

(Pour  les photocopies des tahrir defters voir l'originale du livre)
Abréviations

BOA   : Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi (Archives ottomanes de la Présidence du Conseil), Ýstanbul.

TD      : Tahrir Defteri (Registre de recensement).

MM     : Maliye­den Müdevver Defterler (Registres issus du Ministère de la Finance) 

TKGM : Tapu Kadastro Genel Müdürlüðü (Direction générale des registres cadas­traux), Ankara)

KK      : Kuyud-i Kadime (Registres anciens)

 

Note sur les dates et le calendrier

En général, les Ottomans ont utilisé le ca­lendrier musulman, c'est-à-dire Hicri-Kameri Takvim (de l'hégire qui commence de 622 de l'ère chrétienne). Nous avons donné essentiellement les dates d'après l'ère chrétienne. Nous avons converti les dates de l'hégire en dates de l'ère chrétienne en utilisant les tableaux établis par Faik Reþit Unat (Hicri Tarihleri Miladi Tarihe çe­virme Kýlavuzu, Ankara, Türk Tarih Kurumu Yayýnlarý, 7e édition, 1994).

 

Note sur les noms des localités

La prononciation du même nom de localité est différente en turc et en bulgare. Nous avons préféré la prononciation turque. Nous avons utilisé l'alphabet turc moderne et non pas la translitération européenne de l'arabe. Dans l'alphabet turc : c=dj, ç=tch, ð=g mou, ý=entre i et a (ы russe), þ=ch, ö=e (ö allemand), u=ou, ü=u, y=ye (comme y dans Bayonne).

Quand nous citons le nom d’un localité dans le contexte du XXe siècle, nous utilisons la translitération internationale de l'alphabet bulgare. Dans cette translitération (lettre bulgare = lettre transliterée = prononcia­tion): ц=c=ts, ч=č=tch, ш=š=ch, ж=ž=j, я=ja=ya, ъ=ă=entre i et a (ý turc).

 


 

 

 

Introduction

Les Pomaks[1] sont une communauté musulmane de langue bul­gare. Nous définissons donc l'identité pomake par ces deux élé­ments : appartenance à l'Islam comme religion et le bulgare comme langue maternelle. Selon leurs nationalités, les historiens se réfèrent seulement à l'un de ces éléments et essayent d'affaiblir l'importance de l'autre. Ainsi, les historiens bulgares, en soulignant l'élément lin­guistique, notent que les Pomaks ont préservé plusieurs coutumes chrétiennes. On a pu même affirmer que certains Pomaks pratiquent secrètement la foi chrétienne et cache la bible dans leurs maisons[2]. Quant aux historiens turcs, en laissant dans l'ombre tout ce qui con­cerne la langue et l'aspect culturel des Pomaks, ils mettent accents seulement sur l'élément commun de religion, c'est‑à‑dire l'Islam. Les auteurs turcs vont jusqu'à nier ouvertement le fait que les Pomaks parlent le Bulgare[3]. Les auteurs grecs soulignent que la langue po­make contient beaucoup de mots de l'ancien grec[4].

Les Pomaks vivent aujourd'hui en Bulgarie, en Macédoine, en Grèce et en Turquie. Avant la guerre turco-russe de 1877-1878, les Pomaks vivaient en deux régions : dans les Rhodopes et dans la ré­gion de Lofça[5]. Parallèlement on parle de deux groupes Pomaks. Les Pomaks de Rhodopes et les Pomaks de Lofça[6]. Avant la guerre de 1877-1878, le nombre des Pomaks de Rhodopes est estimé à 500 000 et celui des Pomaks de Lofça à 100 000[7].

Après la guerre turco-russe de 1877-78, la plupart des Pomaks ont émigré en Turquie et fondé des villages dans les départements (Edirne, Kýrklareli, Tekirdað, çanakkale, Balýkesir, Bursa, Manisa, Eskiþehir, etc.) de l'ouest du pays.

Nous ne disposons pas de renseignements fiables sur le nombre de la population des Pomaks d'aujourd'hui. Néanmoins on peut esti­mer leur nombre à 300 000 en Bulgarie[8], 30 000 en Grèce[9], 40 000 en Macédoine[10]. Quant à la Turquie, nous ne disposons aucune esti­mation sérieuse sur le nombre des Pomaks. Dans l'annuaire statisti­que de Turquie de 1965, pour le recensement de 1960, le chiffre de 29 000 a été donné comme le nombre des personnes parlant le Bul­gare comme langue maternelle et 24 000 comme personnes parlant la langue bulgare comme langue secondaire[11]. Il est évident que le nombre des Pomaks est sous-estimé[12]. A mon avis, le nombre des Pomaks en Turquie doit être aujourd'hui au tour de 500 000[13].

Plusieurs études sont consacrées aux Pomaks de Rhodopes[14]. Alors que les Pomaks de Lofça restent peu étudiés[15]. Même aujour­d'hui, comme le remarque à juste titre Bernard Lory, « lorsque l'on parle... des Pomaks, l'on considère généralement la population qui habite de façon compacte la partie occidentale du massif des Rhodo­pes »[16]. Cependant l'existence des Pomaks de Lofça a été signalée plus avant que celle des Pomaks des Rhodopes[17].

L'appellation des « Pomak de Lofça » n'est pas commune. L. Miletič, Vasil Savov et Geno Ivanov emploient cette expression[18], alors que Petăr Petrov préfère celle des Musulmans de « Loveskija Kraj »[19] ou bien des Musulmans bulgares de la région de nord-ouest de la Bulgarie[20]. Par contre Vasil Mikov parle des Pomaks à Tete­ven, Lukovit et Belaslatina[21], ou bien des Pomaks de la vallée des rivières d'Iskăr et Vit[22]. Les auteurs turcs parlent généralement des Pomaks se trouvant au nord des Balkans au tour de Lofça, Selvi[23], Plevne et Rahova[24].

Nos villages pomaks sont repartis aujourd'hui entre les commu­nes (obština) de Kneža, Bjala Slatina, Roman, Jablanica, Teteven, Ugărčin, Lukovit, Červen Breg et Pelova qui, eux-mêmes, appartien­nent aux départements (oblast) de Loveč et Mihaylovgrad[25]. Dans le passé aussi, les villages pomaks avaient été partagés entre les kazas (arrondissement) de Lofça (Loveč), Plevne (Pleven), Rahova (Orjahovo) et Ývraça  (Vraca) appartenant au sancak (province) de Niðbolu (Nikopol) aux XVe et XVIe siècles et dans le vilayet (département) de Tuna (Danube). En effet, seulement une partie des villages pomaks de cette région appartenait au district de Lofça.

Bien qu'une bonne partie des villages pomaks n'appartenaient pas dans l'histoire et n'appartiennent pas aujourd'hui au district de Lofça, il est coutume, depuis L. Miletič[26], de désigner ces Pomaks comme « Pomaks de Lofça »[27]. Faute de mieux, nous aussi nous sui­vons cette tradition.

Avant la Guerre turco-russe de 1877-78, les Pomaks de Lofça habitait dans une soixantaine[28] de villages partagés entre les kazas de Lofça, Plevne, Rahova, Ývraça . Géographiquement les villages pomaks se situaient « dans la vallée du Vit, sur le cours moyen de l'Iskăr et le long de son affluent la Panega, et sur le cours moyen du Skăt. Un polygone irrégulier ayant pour sommets Pleven, Kneža, Bo­rovan, Roman, Teteven et Ugărčin circonscrit à peu près leur do­maine »[29].

On peut trouver les renseignements suffisants sur la situation géographique des villages de Pomaks de Lofça. Nous nous limitons ici à examiner l'origine des Pomaks de Lofça.

Notre étude a pour objet de résoudre la question de savoir si les Pomaks de Lofça sont d'origine d'une conversion effectuée sur place ou d'une colonisation venue de l'Anatolie. Dans le premier cas, les Pomaks de Lofça seraient d'origine bulgare, dans le deuxième cas, d'origine turque. Egalement, nous devons déterminer la date et les modalités de la conversion ou de la colonisation.

L'article de Bernard Lory sur les Pomaks de Lofça publié dans la revue Turcica en 1987[30] nous est d'un grand secours. Cependant il n'examine leur histoire qu'à partir du milieu du XIXème siècle. En effet, de temps où Konstantin Jireček a écrit que « l'histoire du com­mencement des ces groupes musulmans dans la nation bulgare est obscure »[31] rien n'est changé et les origines des Pomaks de Lofça restent encore obscures.

Les thèses sur les origines des Pomaks de Lofça

Néanmoins il y a plusieurs thèses sur les origines des Pomaks de Lofça[32], développées essentiellement par les auteurs bulgares. Nous n'avons rencontré aucune phrase concernant les origines des Pomaks de Lofça chez les auteurs turcs. En effet, ils se contentent d'indiquer en quelques lignes qu'il y a aussi des Pomaks vivant dans la région de Lofça et de Plevne[33]. En effet, l'existence même des Pomaks à Lofça est d'ordre de réfuter leurs arguments à propos de l'origine turque des Pomaks, car leurs arguments sont fondés essentiellement sur les données géographiques et surtout toponymiques concernant la région des Rhodopes.

C'est pourquoi nous n'allons exposer ici que les thèses dévelop­pées par les auteurs bulgares à propos des origines des Pomaks de Lofça. Selon les auteurs bulgares les Pomaks de Lofça sont de pure race bulgare et convertis à l'Islam par la force à l'époque ottomane. Quant à la date de cette conversion, ils avancent principalement deux périodes d'islamisation.[34]

1. La première islamisation en masse a eu lieu sous le règne de Selim Ier. Selon cette thèse, le Sultan Selim Ier a voulu islamiser toute la population chrétienne de l'empire[35]. Pour appliquer ce plan, en 1515-16,

« une armée de 46.000 personnes a été envoyée en Bulgarie du nord sous le commandement de Mirza le Tatar. Les armées de Padisah a détruit tous le territoire de la Mère noir à Vidin et du Danube aux montagnes Balkans. Une partie de la population bulgare a été tuée, l'autre partie a été réfugiée aux montagnes et aux forêts, et la troisième partie a été obligée de se con­vertir en Islam »[36].

Selon Petrov, cette islamisation a été sanglante[37] : « l'islamisa­tion du peuple bulgare a été effectuée de façon cruelle, la population entière de village a été tuée s'ils refusaient de se convertir à l'Islam »[38].

2. La seconde islamisation en masse a eu lieu un siècle et demi après la première[39]. Au milieu du XVIIème siècle, l'Empire ottoman était à l'épopée de sa force, cependant il était entré dans un période de décadence. Il avait commencé à perdre son prestige. L'Empire était en guerre avec Venise pendant 24 ans à cause de l'île Crète. La guerre a été déclarée sacrée en 1666. Les religieux ont participé à cette campagne[40]. A cause de la guerre de Crète, le peuple bulgare a été soumis aux impôts lourds[41]. Pendant cette campagne, la popu­lation bulgare des Rhodopes ont été convertie à l'Islam par la force[42].

En 1683, les armées ottomanes ont été mises en défaites devant les murs de Vienne. Plus tard, l'Autriche, la Pologne, Venise et la Russie ont constitué une « alliance sacrée » et ont commencé à ga­gner plusieurs victoires sur l'Empire ottoman. Les autrichiens ont battu l'armée ottomane en Hongrie et ils sont entrés dans la pénin­sule balkanique[43]. L'Empire ottoman a été profondément ébranlé par ces événements. Les Bulgares de Tirnova et de Gabrova ont soulevé en 1686, mais ce soulèvement a été réprimé. En 1688, un soulève­ment a été éclaté également à çiprov[44].

En 1689, les armées autrichiennes sont entrées de nouveau dans la péninsule balkanique. Les Autrichiens ont mis en échec les Turcs à Niþ. La population bulgare de Vidin, Berkofça, Sofia, Pazarcýk ont soulevé de nouveau[45]. Pour le réprimer, les Ottomans ont invité les armées tatares sous le commandement de Selim Giray. Les Tatares sont entrés en Bulgarie du nord et ont massacré, spolié la population bulgare indigène. Un chroniqueur bulgare note que « quand le Khan Tatar est venu à Pleven, il n'est rien resté, ni bêtes, ni femmes, ni filles »[46]. Les armées tatares et turques sont allées à Sofia par la route de Pleven, Lofça, Yablanitsa, Etropol. Elles ont vengé cruel­lement de la population bulgare sur leur route[47]. Une partie des ar­mées a massacré la population bulgare dans les villages Bălgarski Ýzvor, Lešnica, Galata, Gradešniça, Asen, Dragolin Dol, Pešterne, Orešene et Dobrevci, au tour de la rivière Kalenik. L'autre partie des armées a saccagé les villages le long des rivières Vit et Panega comme Blăsničevo, Yablanitsa, Lukovit, Dăbene, Todoričane, Rupci, Radomirci, etc.[48].

Durant cette campagne, au tour d'Osăm, Vit, Panega et Iskăr, une grande conversion à l'Islam a eu lieu. Une partie de la population a été obligée d'accepter l'Islam, l'autre partie s'est réfugiée aux forêts et plus tard est rentré dans leurs villages et l'autre partie a quitté leur pays pour la Valachie et la Hongrie. La catastrophe a été terminée à la fin de XVIIe siècle[49].

De façon générale, selon les historiens bulgares, la conversion était forcée. « Ceux qui refusaient l'islamisme... étaient massacrés ou brûlés vifs »[50].

Pour vérifier ces thèses, nous avons envisagé une recherche fondée sur les tahrir defters ottomans inédits.

La présentation des tahrir defters   (registres de recense­ment)

Puisque notre étude est fondée sur les tahrir defters, il con­vient de les présenter brièvement. Les tahrir defters sont des regis­tres de recensement de la population et des impôts établis par l'ad­ministration ottomane, surtout aux XVe et XVIe siècles. Ils donnent, village par village, le nombre de ménages musulmans et chrétiens d'une province[51]. Il y a deux types de tahrir defters : icmal (abrégé ou synoptique) et mufassal (détaillé). Les icmal tahrir defters (registres abrégés de recensement) ne donnent que le nombre des hanes (ménages, foyers ou feux) et mücerreds (célibataires)[52] et bi­ves (veuves). Quant aux mufassal tahrir defters (registres détaillés de recensement), ils indiquent également les noms des individus chefs de ménages, des mücerreds et des bives, avec les noms de leur père.

Une question préalable

Avant de commencer à notre étude, il convient de répondre à une question préalable : les tahrir defters sont-ils des moyens con­venables pour résoudre la question de l'origine des Pomaks ? La question essentielle que nous voulons résoudre est celle de savoir si les Pomaks de Lofça sont le produit d'une conversion effectuée sur place ou d'une colonisation venue de l'extérieur. Dans le premier cas, les Pomaks seraient d'origine bulgare et dans le deuxième cas, d'ori­gine turque. Alors les données de tahrir defters permettent-elles de distinguer les Pomaks, d'une part, des Bulgares, et d'autre part, des Turcs ethniques ? Nous avons déjà noté que la distinction entre les Pomaks et Bulgares s'opère par le critère de religion : les premières sont musulmans alors que les deuxièmes sont chrétiens. Par contre, la distinction entre les Pomaks et les Turcs est d'ordre linguistique : les premières sont bulgarophones alors que les seconds sont turco­phones.

Le critère de recensement ottoman était la religion et non pas la langue. En d'autres termes, les habitants d'un village étaient répartis en groupes en fonction de leur religion (musulmans, chrétiens, juifs) et non pas de leur langue. On sait que l'administration ottomane, ba­sée sur le système millet, était complètement indifférent à l'égard de l'identité ethnique de ses sujets et ne prenait pas en compte la langue comme critère de recensement. C'est pourquoi, on peut facilement distinguer un musulman d'un chrétien, mais on ne peut pas directe­ment savoir si le musulman en question est un Turc, Pomak, Bosnia­que ou Albanais. D'autre part on ne peut non plus savoir si le chré­tien en question est un Bulgare, Grec, Serbe ou Valaque.

1. La distinction entre les Pomaks et les Bulgares.- Puisque la distinction entre les Pomaks et Bulgares s'opère par la religion, nous pouvons facilement distinguer les habitants pomaks d'un village de ses habitants bulgares en partant des données des registres de recen­sement. En conséquence, les tahrir defters (icmal et mufassal) sont des sources appropriées pour opérer la distinction entre les Pomaks et Bulgares.

2. La distinction entre les Pomaks et les Turcs.- Par contre en partant des registres de recensement établis dans un tel système, on ne peut pas facilement distinguer les Pomaks des Turcs ethniques. Car, comme on vient de le dire, le critère de recensement est d'ordre religieux, et tous les deux groupes sont musulmans. C'est pourquoi, en principe, les tahrir defters ottomans ne sont pas des sources con­venables pour distinguer des Pomaks des Turcs ethniques. Cepen­dant, il convient de faire une distinction entre les types (icmal) abré­gé et (mufassal) détaillé de tahrir defters.

a) Icmal tahrir defters (registres abrégés de recensement) .- Les icmal tahrir defters ne sont pas des moyens appropriés pour distin­guer les Pomaks des Turcs. Car, comme on l'a déjà dit, ces registres ne donnent que le nombre des hanes (ménages) musulmans et non-musulmans se trouvant dans un village. C'est pourquoi, en partant des données d'un registre abrégé de recensement, on ne peut pas sa­voir si les ménages musulmans mentionnés par un tel registre sont d'origine d'une conversion locale ou d'une colonisation venue de l'extérieure. Par exemple selon le registre abrégé (icmal) de 1479, il y avait deux ménages musulmans à Todoriçane. On ne peut pas sa­voir si ces deux ménages étaient des bulgares convertis à l'Islam ou des Turcs authentiques venant d'Asie mineure. La seule chose que nous savons est que ces deux ménages étaient musulmans et non pas chrétiens. Parmi les quatre tahrir defters que nous utilisons dans cette étude, un seul (icmal de 1479) est un registre abrégé (icmal). Dans ce registre, nous n'avons déterminé que 4 ménages musulmans. Par conséquent, dans notre travail, l'inconvénient de l'utilisation de registre abrégé de recensement reste négligeable.

b) Mufassal tahrir defterleri (registres détaillés de recense­ment).- Il convient tout de suite de remarquer que les registres dé­taillés ne mentionnent non plus qui sont nouveaux convertis et qui sont an­ciens musulmans. Cependant ce type de registres peut servir de distinguer les Musulmans d'origine d'une conversion locale et d'une colonisation venue de l'Anatolie. Car, ces registres indiquent également les noms des individus chefs de ménages avec les noms de leur père.

aa) Les « fils d'Abdullah ».- Dans nos registres détaillés, on trouve souvent l'inscription « veled-i Abdullah » (fils d'Abdullah) en bas des noms des individus chefs de ménage musulman. D’après les plusieurs auteurs turcs[53], bulgares[54] et occidentaux[55], dans les registres ottomans, le nom « Abdullah » (serviteur de Dieu) était nom habituel donné aux pères des hommes qui n'étaient pas de parent musulman. Ainsi, selon ces auteurs, un « veled-i Abdullah » (fils d'Abdullah) signifie un nouveau converti. Par exemple, Ýsmail Hami Da­niþmend remarque que, chez les Ottomans, il y avait « la tradition de donner un nom signifiant l'‘esclave de Dieu’ aux pères chrètiens des convertis pour de ne pas reveler leurs anciennes religions »[56].

Cependant on peut penser que chaque nom « Abdullah » ne si­gnifie pas catégoriquement un nom chrétien, puisque « Abdullah » était également un prénom très fréquenté dans le monde islamique. Il est tout à fait normal que certains « Abdullah »s soient des anciens Musulmans[57].

En tout cas, nous n’avons pas de preuve définitive pour démontrer que l’expression « fils d'Abdullah » signifie un nouveau converti. Ceci n’est qu’une hypothèse. Néanmoins, on peut invoquer certains arguments en faveur de cette hypothèse.

D'abord on ne rencontre jamais dans les villages examinés le nom « Abdullah » comme pré­nom, et que ce nom est utilisé toujours en tant que le nom des pères des hommes inscrits. Deuxièmement, le nom « Abdullah », même en tant que le nom de père est utilisé dans une intensité anormale. Comme on va le voir, la plupart des noms des pères des chefs de famille des foyers musulmans sont « Abdullah »s. Alors que le nom « Abdullah » n'est utilisé que rarement dans les villages turcs au­thentiques en Bulgarie[58].

On peut bien évidemment interpréter l’expression « fils d'Abdullah » comme « fils d'un non-Musulman ». C’est une façon d’interpréter cette expression. Mais nous ne disposons pas preuve pour vérifier la validité de cette interprétation. Cette interprétation doit être considérée comme une hypothèse et non pas comme une vérité scientifique. Car, dans certains tahrir defters ottomans de XVe siècle, on peut également trou­ver l'enregistrement de quelques nouveaux musulmans avec les noms chrétiens de leurs pères[59]. Dans ces tahrir defters, on utilise directement les vrais noms chrètiens pour indiquer les pères des convertis, et non pas le nom « Abdullah ».

A notre avis, l’affirmation selon laquelle l’expression « fils d’Abdullah » signifie un « converti »  doit être considérée comme une hypothèse. C’est pourqoi, nous n’établissons pas une équivalence entre « fils d’Abdullah » et « converti ». Par conséquent, nous utilisons, dans notre travail, l’expression « fils d’Abdullah », et non pas « converti ».

bb) Les « petit-fils d'Abdullah ».- Parfois nous disposons égale­ment des indices pour déterminer des « petit-fils d'Abdullah ». Dans certains cas, les registres indiquent d'abord le fils d'Abdullah, ensuite ils donnent un nom avec l'inscription « veled-i mezkûr » (fils de celui précité) ou « veled-i o » (son fils). Par exemple, à Yaniça, en 1545 il y avait 2 ménages musulmans : les noms des chefs de ménage étaient Ali veled-i Abdullah (Ali, fils d'Abdullah) et Mehmed veled-i mezkûr (Mehmed, fils de celui précité)[60]. De même, à Leþniça, parmi les chefs de ménages inscrits dans le registre de 1579, il y avait Hasan veled-i Abdullah (Hasan, fils d'Abdullah) et Ali veled-i o (Ali, son fils)[61]. Egalement à Çamakofça, le registre de 1545 mentionne Ýskender veled-i Abdullah (Ýskender fils d'Abdullah) et Mustafa veled-i Ýskender (Mustafa, fils d'Ýskender)[62]. De ces exemples, on peut en déduire que Mehmed, Ali et Mustafa sont des petits-fils d'Abdullah.

En résumé, à partir des mufassal tahrir defters (registres dé­taillés de recensement), nous pouvons déterminer si les musulmans se trouvant dans les villages de la zone pomake sont des « fils d’Abdullah ». A l'exception de celui de 1479, tous les registres que nous avons utili­sés dans ce travail sont de type mufassal (détaillé). Par conséquent, la plus grande partie des tahrir defters employé dans ce travail sont des moyens appropriés pour éclairer l'origine des Pomaks.

Ainsi pour résoudre le problème de l'origine des Pomaks de Lofça, nous avons envisagé un travail fondé sur les données des tahrir defters ottomans. Nous avons d'abord déterminé le nombre des ménages musulmans et chrétiens dans chaque village en 1479, 1516, 1454 et 1579.

Détermination des villages Pomaks

Il est évident que pour un tel travail nous avons d'abord besoin de déterminer les villages pomaks de Lofça avec précision. Puisque la forte majorité des Pomaks de Lofça ont émigré en Turquie après la guerre turco-russe de 1877-1878 (Doksanüç harbi), il faut déter­miner les villages peuplés, exclusivement ou partiellement, de Po­maks juste avant cette guerre. Il y a des témoignages, surtout récits de voyages, des études sur les villages pomaks de Lofça[63]. Nous dis­posons également des listes de villages pomaks données par Kanitz, Ireček, Miletič, Savov, Mikov, Iširkov, Ivanov, Cvetkova, Petrov et Lory[64]. En partant des études de ces historiens consacrées aux Po­maks de Lofça, on peut établir une liste conte­nant les 64 villages[65] (voir Tableau n° 1).

A notre avis, on peut se douter de l'exactitude de cette liste. D'abord cette liste peut être non exhaustive, il peut exister encore, dans notre région, des villages peuplés de Pomaks et non figurés dans cette liste. D'autre part, certains de ces villages présentés comme Pomaks à notre avis ne sont pas peuplés de Pomaks.

Pour déterminer quel village était réellement peuplé de Pomaks au XIX siècle, il faut trouver aujourd'hui, d'une part, les derniers vestiges des habitants pomaks de ces villages sur place et d'autre part les Pomaks de Lofça vivant actuellement en Turquie et déterminer leurs villages d'origine[66]; ceci est un travail qui n'est pas encore réa­lisé.

 


 

Tableau n°1:  La liste des villages pomaks

Villages
Sources
Villages
Sources
01. Ăglen
02. Asen
03. Bărkaçevo
04. Belenci
05. Bjala Slatina
06. Blăsniçevo
07. Borovan
08. Brešnica(Malka)
09. Brešte/Breške
10. Bukovec
11. Camakovci
12. Čerikova(Sadovec)
13. Červen Brjag
14. Curilova(Nivjanin)
15. Daben/Dabene
16. Dăbnik (Dolni)
17. Dăbnik (Gorni)
18. Dermanci
19. Devenci
20. Dobrevci
21. Dragolin Dol
22. Enica
23. Galata
24. Glava
25. Gložene
26. Gornik
27. Gradešnica
28. Hubavene
29. Ýzvor (Turski)
30. Jasen
31. Kalenik
32. Karlukovo
Mk, Ml, P
Ir, Ml, P
Mk, Ml, P, S
L, Mk, Ml,P, S
Ir, Iv, Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P, S
Ml, P
Ir, Mk, Ml, P
Mk, Ml, P, S
Ir, L, Mk, Ml, P, S
Ir, Iv, Mk, Ml, P, S
Mk, P
Mk, Ml, P
Ir, L, Mk, Ml, P, S
K, L, Mk, Ml, P, S
Ir, L, Mk, Ml, P, S
L, Mk, P
Mk, Ml, P
Ml, Mk, P, S
K, L, Mk, Ml, P
Ml, Mk, P
Mk, Ml, S
Is, L, Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P, S
Ir, Is, Ml, P
Mk, Ml, P, S
Is, Mk, Ml, P, S
P
Ir, Is, Mk, Ml, P, S
Mk, P
P
Mk, Ml, P, S
33. Katunec
34. Kneža
35. Komarevo
36. Koynare
37. Krušovica
38. Lepica
39. Lesidren
40. Lešnica(Kircevo)
41. Lukovit(Gorna)
42. Mitropolija(Dolna)
43. Mitropolija(Gorna)
44. Orešene
45. Pešterne
46. Petrevene
47. Popica
48. Presjaka
49. Radomirci
50. Rakita
51. Reseleč
52. Roman
53. Rupci
54. Smočan
55. Sokolovo
56. Sopot
57. Suhač
58. Tarnak
59. Tlačene
60. Todoričene
61. Toros
62. Ugărčin
63. Vidrare
64. Železna(Malka)
Mk, Ml, P
L, Mk, P
Ir, L, Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P, S
Mk, P
Mk, Ml, P, S
L, Mk, Ml, P
Mk, P, S
Ir,Iv,K, Mk, Ml,P, S
Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P, S
K, L, Mk, Ml, P, S
Ir, Mk, Ml, P
K, Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P, S
P
K, Mk, P
Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P
L, Mk, P
K, Mk, P
P
P
Mk, Ml, P
Mk, Ml, P, S
Mk, Ml, P, S
Ir, L, Mk, Ml, P, S
K, Mk, Ml, P
L, Ml, Ml, P, S
L, Mk, Ml, P
L, Ml, Mk, P, S
Is, Mk, Ml, P
Note: Nous donnons ici les noms des villages selon la translittération internationale de l’alphabet bulgare.

Sources

Ir : IreČek (Konst.), Knjastvo Bălgarija, Plovdiv, Izdanie i Pecat na Hr. G. Danov, 1899, tome I, p.120 ; tome II, p.900-901.

Is : Iširkov (A)., « Selo Galata », Loveč i Lovčansko, Sofia, 1932, t.4, p.201-208.

Iv Ivanov (Geno), « Za Minaloto na Lovčanskite Pomaci », Loveč i Lovčansko, Sofia, 1932, t.5, p.26-32.

K : Kanitz (Felix), « Die moslemisch-bulgarischen Pomaci und Zigeuner im nördlichen Balkan-gebeite », Mittelungen des anthropologischen Gesellschaft in Wien, 1876, Bd. 6, p.75-79.

L : Lory (Bernard), « Une communauté musulmane oubliée: les Pomaks de Loveč », Turcica (France), 1987, Tome 19, p.95-117.

Mk : Mikov (Vasil), « Bălgarskite mohamedani v Tetevensko, Lukovitsko i Beloslatinsko», Rodina, 1941, 3, p.56; « Pomacite od dolinite na r. Iskăr i Vit », Zora, n°3934, 15 août 1932, p.2.

Ml : Miletič (L.), « Lovčanskite Pomaci », Bălgarski Pregled, [Sofia], 1899, 5, p.69-70.

P : Petrov (Petăr), Po mohamedancveneto v Loveskija kraj (glavno v selata Bălgarski Ýzvor, Gradešnica, Galata i Pomaška Lešnica), Loveč, 1964, p.35 ; Sădbonosni vekove za bălgarskata naradnost, Sofia, 1975, p.300-303.

S : Savov (Vasil), « Lovčanskite pomaci i tehniyat govor », Izvestia na seminara po slavjanska filologija pri Iniversiteta v Sofija, 1931, kn.7, p.1-2.

Même si nous ne disposons pas des données d'un tel travail, nous pensons que certains de ces villages n'étaient pas peuplés de Pomaks.

D'abord, les villages Gostinja, Kalenik, Katunec[67], Presyaka, Smočan, et Sokolovo se situent à l'est de la rivière Vit et puisque la zone pomake se limite, à l'est, par cette rivière, nous les avons ex­clus. A notre avis, les habitants musulmans de ces villages étaient Turcs et non pas Pomaks.

Nous avons exclu également les villages d'Aglen (Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 [=A.D.1873], p.253)[68], Borovan (Ibid, p.185), Malka Brešnica (p.255), Devenci (p.159), Gložene (p.255), Lesidren (p.255), Dolna et Gorna Mitropolija (p.159), Rakita (p.161), Sopot (p.255), Vidrar (p.237), Malka Železne (p.255). Il est vrai que ces villages se situent dans la zone pomake, cependant d'après le Salname-i Vilayet-i Tuna, ils ne contenaient pas des musulmans en 1873. Il faut y ajouter également le village de Pešterne (p.255) dont ni la population musulmane, ni celle chrétienne n'est indiqué dans le Salname-i Vilayet-i Tuna[69].

D'autre part, nous n'avons pas pu trouver les villages d'Asen, Dobrevci, Dragolin Dol et Jasen dans le Salname-i Vilayet-i Tuna de 1873 et non plus dans les registres de XVIe siècle. Par conséquent nous les avons laissés en dehors de notre travail.

Enfin nous savons que le village d'Orešene était certainement peuplé de Pomaks au XIXe siècle[70]. Nous l'avons exclu de notre tra­vail, puisque nous n'avons pas pu le déterminer d'une façon sûre dans les registres de XVIe siècle[71].

Ainsi, en excluant ces 24 villages, nous avons obtenu une liste de 40 villages peuplés de Pomaks. Ces 40 villages ont été donnés dans l'ordre alphabétique dans le Tableau n°2.

Il convient de remarquer que, d'après le Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 (Annuaire de la Province du Danube de 1873), seu­lement 7 villages (çamakofça, Galata, Glava, Gradeþniça, Ýzvor-i Müslim, Pomaþka Leþniça et Popiça) ont été exclusivement peuplés de Pomaks[72]. Dans les autres villages, les Bulgares et les Pomaks vi­vaient ensemble. Il est étonnant de constater qu'il n'y avait pas de village de peuplement mixte turco-pomak[73].

Il convient également de noter que les habitants pomaks des villages de Galata, Gradeþniça, Ýzvor-i Muslim, Pomaþka Leþniça[74] ont subsisté à nos jours, alors que ceux des autres villages ont pres­que entièrement émigré en Turquie. Il faut toutefois signaler que l'on peut trouver également à nos jours quelques « derniers Pomaks » dans ces villages, comme nous l'avons constaté nous même à Be­laslatina en 1993 et 1994. Cependant nous ne disposons pas des ren­seignements fiables sur les Pomaks se trouvant dans ces villages.

Ainsi, après avoir déterminé les villages pomaks, nous pouvons commencer à rechercher l'existence des premiers Pomaks aux XVe et XVIe siècles dans ces 40 villages pomaks à partir des tahrir def­ters ottomans. Pour trouver nos 40 villages dans les tahrir defters et surtout les distinguer des autres villages portant parfois le même nom, il convient de déterminer la répartition administrative de ces villages. En fixant pour chaque village, le kaza (=district) ou nahiye (=arrondissement) auquel il appartient, nous avons établi le tableau n°2.

Comme le montre le tableau n° 2, les villages pomaks ont été toujours répartis entre plusieurs kazas. Ils se trouvaient dans la ré­gion frontalière de quatre kazas du sancak de Niðbolu. D'ailleurs, certains villages ont été changés entre les kazas.

Il convient de remarquer que la zone centrale de la région po­make constituait le vilayet de Mromorniça en 1479. Cependant on constate que le vilayet de Mromorniça a été abolie plus tard. On voit que dans le tahrir defter de 1516, les villages de Mromorniça sont attachés au kaza de Niðbolu. La frontière entre les kazas de Niðbolu et de Lofça se faisait par la rivière de Vit jusqu'au village de Der­mança. On garde les mêmes frontières en 1545, toutefois les villages de Bela Slatina et Týrnak ont été attribué de kaza de Niðbolu à celui d'Ývraça .

En 1579, une nouvelle division administrative a été dessinée. Sur le territoire du kaza de Niðbolu, on a créé deux nouveaux kazas : Plevne et Rahova. Les villages se trouvant entre les rivières Vit et Ýskýr ont été attribués au kaza de Plevne. Ainsi ces deux rivières constituaient les frontières entre les kazas de Lofça, Plevne et Ra­hova. Le Salname-i Vilayet-i Tuna de 1873 montre que l'administra­tion ottomane a gardé grosso modo la répartition administrative de 1579 jusqu'à 1878. Les frontières des kazas de Lofça, Plevne, Ra­hova et Ývraça  coïncident entre 1579 et 1873.


 

Tableau n° 2 : Division administrative des villages pomaks

 
Villages
1479
1516
1545
1579
1873
1
Bela Slatina
Ývraça
Niðbolu
Ývraça
Rahova
Rahova
2
Belençe
Kievo
Ývraça
Niðbolu
Lofça
Ývraça
3
Býrkaçevo
 
Ývraça
Ývraça
Rahova
Rahova
4
Blýsniçevo
 
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
5
Breþte / Breþke
 
 
 
Rahova
Rahova
6
Bukofça
Ývraça
Ývraça
Ývraça
Ývraça
Ývraça
7
Curilova
 
 
 
 
Ývraça
8
çamakovça
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
9
çerikova(Sadovec)
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
10
çerven Breg
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
11
Dermança
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
12
Dýben / Dýbene
 
 
Lofça
Lofça
Lofça
13
Dýbnik (Dolni)
 
 
Niðbolu
 
Plevne
14
Dýbnik (Gorni)
 
 
 
 
Plevne
15
Galata
 
 
 
Lofça
Lofça
16
Glava
 
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
17
Gornik
 
 
 
 
Rahova
18
Gradeþniça
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
19
Hubuvane
Kievo
Lofça
Lofça
Lofça
Orhaniye
20
Ýzvor-i Muslim
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
21
Kneja
 
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
22
Komarevo
 
Ývraça
Ývraça
Ývraça
Ývraça
23
Koynare
 
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
24
Kurusoviça
 
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
25
Lepiça
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
26
Leþniça (Kirçevo)
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
27
Lukovit (Gorna)
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
28
Petreven
Mromorniça
Ývraça ?
Niðbolu
Plevne
Plevne
29
Popiça
 
Ývraça
Ývraça
Rahova
Rahova
30
Radomirçe
 
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
31
Reseleç
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
32
Roman
Ývraça
Ývraça
Ývraça
Ývraça
Ývraça
33
Rupçe
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
34
Suhaç
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Rahova
Rahova
35
Týrnak
 
Niðbolu?
 
 
Rahova
36
Tlaçane
 
Ývraça
Ývraça
 
Ývraça
37
Todoriçane
Mromorniça
Niðbolu
Niðbolu
Plevne
Plevne
38
Toros
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
39
Ugýrçin
 
Lofça
Lofça
Lofça
Lofça
40
Yaniça / Eniça
Mromorniça
Niðbolu?
Niðbolu
Rahova
Rahova

Comme on le voit pendant toute la période ottomane, les villa­ges pomaks étaient privés d'un centre urbain autour duquel ils peu­vent se regrouper. On peut observer la même chose, avec Bernard Lory[75], pour la période post-ottomane. Même si Ubicini parlait d'un « Pomak-Nahiye »[76], même s'il affirme qu'on utilisait parfois l'appel­lation de Pomaklýk[77], on ne rencontre jamais ce « Pomak-Nahiye » dans la documentation ottomane. On peut se demander, avec Ber­nard Lory[78], si les Pomaks n'auraient pas mieux résisté, s'ils avaient constitué un kaza indépendant.

* *

Après avoir vu la répartition administrative des villages pomaks, nous pouvons maintenant commencer de déterminer, à partir des tahrir defters ottomans, les premiers Pomaks dans ces 40 villages pomaks au XV et XVIe siècles. Nous préférons d'abord de donner le Tableau n °4 constitué à partir de cette recherche, ensuite de l'analyser.

Notre tableau se constitue de six colonnes. Nous avons montré les villages pomaks sur la première colonne. Les colonnes suivantes sont réservées respectivement aux données obtenues des tahrir def­ters de 1479, 1516, 1545 et 1579. Dans la dernière colonne, nous avons donné les chiffres du Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 (Annuaire de la Provence du Danube de 1873), pour pouvoir faire une comparaison entre les nombres des Pomaks de XVIème et de XIXème siècle.

Mais, pour pouvoir montrer les sources à partir desquelles les données du tableau n° 4 ont été fournies, nous avons établi, tout d’abord, le tableau n° 3 montrant pour chaque village les numéros de pages des tahrir defters de 1479, 1516, 1545, 1579 et de Salname-i Vilayet-i Tuna de 1873.

  

Tableau n° 3 : La population musulmane et chrétienne dans les villages pomaks de Lofça

 
Sources
Sofia, Bib.nationale, OAK, 45/ 29, no 1/1960
Ýstanbul, BOA, MM 11,
TD n°370

Ýstanbul, BOA,
TD 416, 452

Ankara, TKGM, KK 58
Ýstanbul, BOA, TD 718

Salname-i Vilayet-i Tuna

 
Année derégistre
1 4 7 9
1 5 1 6

1 5 4 5

1 5 7 9

1 8 7 3

 
Réligion
Musul
Chrét.
Musulmans
Chrétiens

Musulmans

Chrétiens

Musulm.

Chrétiens

Musulmans

Chrétiens

 
Village/Unité
M
V
M
V
M
C
V
M
C
V

M

C

V

M

C

V

M

C

M

C

M

H

M

H

1
Bela Slatina
-
-
20
2
-
-
-
47
20
3
-
-
-
113
11
11
3
-
174
131
100
156
342
517
2
Belençe (Belenci)
-
-
22
4
-
-
-
30
9
1
-
-
-
20
18
3
 
 
 
 
42
163
90
92
3
Býrkaçevo
 
 
 
 
-
-
-
24
6
-
-
-
-
32
12
2
1
1
50
3
176
481
542
142
4
Blýsniçevo / Panega
 
 
 
 
-
-
-
18
13
2
-
-
-
11
7
7
-
-
25
25
 
 
 
 
5
Breþte / Breþke
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
-
-
58
12
60
92
113
184
6
Bukofça (Bukovec)
 
 
 
 
-
-
-
20
9
1
-
-
-
15
8
2
 
 
 
 
51
172
23
141
7
Curilova
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21
151
23
85
8
çamakovça
-
-
24
1
-
-
-
34
32
2
2
2
-
27
17
-
4
3
92
106
127
231
-
-
9
çerikova (Sadovec)
-
-
6
1
1
1
-
43
13
2
-
-
-
15
14
5
3
3
38
9
130
362
113
267
10
çerven Breg
-
-
48
6
1
-
-
50
41
-
 
 
 
 
 
 
15
10
48
32
96
176
142
492
11
Dermança
-
-
11
-
-
-
-
84
18
-
-
-
-
13
2
-
-
-
50
44
103
360
169
496
12
Dýben / Dýbene
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
-
-
-
13
9
1
-
-
19
55
 
 
 
 
13
Dýbnik (Dolni)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
422*
322
8*
 
 
 
 
59
171
237
757
14
Dýbnik (Gorni)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
65
144
144
447
15
Galata
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6
5
10
5
172
858
-
-
16
Glava
 
 
 
 
-
-
-
10
1
-
-
-
-
15
11
3
-
-
40
34
90
141
-
-
17
Gornik
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
50
75
87
193
18
Gradeþniça
-
-
11
-
 
 
 
6
8
-
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
75
419
-
-
19
Huyuvan/Hubuvane
-
-
11
1
-
-
-
18
8
-
3
-
-
9
5
1
6
3
28
17
25
72
136
249
20
Izvor-i Muslim
1
-
31
-
2
1
-
30
15
4
 
 
 
 
 
 
14
8
48
16
445
2340
-
-
21
Kneja / Ç.Kladeniçe
 
 
 
 
-
-
-
101
81
6
--
-
-
71
69
11
-
-
404
250
394
620
472
639
22
Komarevo
 
 
 
 
-
-
-
9
6
-
-
-
-
6
2
-
-
-
30
14
17
69
44
170
23
Koynare
 
 
 
 
-
-
-
124
130
4
-
-
-
79
33
49
4
6
361
125
553
720
-
-
24
Kurusoviça
 
 
 
 
-
-
-
78
33
3
1
1
-
110
59
9
6
2
15**
5**
23
55
186
433
25
Lepiça
-
-
28
1
-
-
-
26
7
2
-
-
-
28
11
1
-
-
87
53
50
98
70
141
26
Leþniça (Kirçevo)
-
-
40
3
3
-
-
55
30
1
3
-
-
13
30
1
6
4
52
30
236
619
-
-
27
Lukovit (Gorna)
-
-
47
2
-
-
-
51
20
2
3
1
-
53
24
4
6
7
100
77
283
979
290
853
28
Petreven
-
-
26
1
-
-
-
14
13
-
1
1
-
9
4
3
3
3
30
17
64
160
122
414
29
Popiça
 
 
 
 
-
-
-
26
11
-
1
-
-
34
20
3
1
2
37
20
68
87
-
-
30
Radomirçe
 
 
 
 
-
-
-
41
20
-
-
-
-
26
11
-
2
-
11
12
186
461
96
114
31
Reseleç
1
-
39
6
1
-
-
51
-
4
1
-
-
35
1
2
3
-
110
23
145
290
103
242
32
Roman
-
-
54
3
3
4
-
35
12
-
5
3
-
15
3
-
16
6
30
12
49
204
64
227
33
Rupçe
 
 
 
 
1
-
-
56
32
1
-
-
-
28
16
3
1
1
42
30
176
461
96
114
34
Suhaç
-
-
25
1
-
-
-
48
33
1
1
-
-
22
20
4
-
-
101
48
41
71
91
147
35
Týrnak
 
 
 
 
-
-
-
94
31
-
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
154
172
162
228
36
Tlaçane
 
 
 
 
-
-
-
17
4
1
-
-
-
10
3
1
 
 
 
 
41
222
22
80
37
Todoriçane
2
-
17
1
-
-
-
22
14
3
1
1
-
32
23
3
10
6
70
51
65
161
171
512
38
Toros
-
-
3
-
2
-
-
18
12
-
 
 
 
 
 
 
12
-
33
-
271
1131
66
203
39
Ugýrçin
 
 
 
 
1
-
-
163
88
3
1
-
-
114
63
-
2
1
186
144
94
351
343
1116
40
Yaniça / Eniça
-
-
24
1
-
-
-
29
12
-
2
-
-
27
11
 
2
-
50
32
-
-
179
214
 
T o p l a m
4
0
487
34
15
6
0
1472
782
46
25
9
 
1417
839
137
126
71
2429
1459
4797
13495
4738
9909
 
Kiþi***
20
0
2435
34
75
6
0
7360
782
46
125
9
 
7088
839
137
630
71
12145
1459
23985
13495
23690
9909
 
Kiþi Olarak Toplam
20
2469
81
8188
134
8064
701
13604
37480
33599
 
Yüzde
0,80
99,20
0,97
99,03
1,63
98,37
4,90
95,10
52,73
47,27

: Ménages ;    : Célibataires ;    : Veuves ;  : Hommes (Population masculine)

 * BOA, TD, n°382, s.733-740.                 *** 1 ménage = 5 individus 

** Il faut ajouter le nombre des voynuks que nous n'avons pas pu trouver dans le registre de 1579.  

 

Tableau n° 4 : Les numéros de pages des tahrir defters
 
Sources
OAK,45
MM, n°11
TD, n°416
TD, n°718
Salname
 
Année
1479
1516
1545
1579
1873
1
Bela Slatina
257
109
250
117
183
2
Belençe
293
120
91
-
193
3
Býrkaçevo
-
165
357
228
183
4
Blýsniçevo
-
245
407
403
?
5
Breþte
-
-
-
-
157
6
Bukofça
387
256
329
-
189
7
Curilova
-
-
-
-
189
8
çamakovça
247
143
141
147
183
9
çerikova
241
13
16,125
110*
161
10
çerven Breg
243,249
91
-
181
161
11
Dermança
281
243
436
376
255
12
Dýbene
293
535**
384
375
259
13
Dýbnik (Dolni)
-
-
733***
-
159
14
Dýbnik (Gorni)
-
-
-
-
159
15
Galata
-
-
-
407,751
255
16
Glava
-
599**
145
165
183
17
Gornik
-
-
-
-
183
18
Gradeþniça
281
210
456
-
255
19
Hubuvane
291
535**
473
440
237
20
Ýzvor-i Muslim
285
147
-
436
255
21
Kneja
231
98
83
125
183
22
Komarevo
-
164
348
324
189
23
Koynare
-
24
19
157,720
 
24
Kurusoviça
-
78
14,358
108
161
25
Lepiça
247
513**
14,104
142
183
26
Leþniça (Kirçevo)
281
217
461
423
255
27
Lukovit (Gorna)
251
90
101
143
161
28
Petreven
251
99
129
186/12
159
29
Popiça
-
164
298
183
183
30
Radomirçe
 
27
16
181
161
31
Reseleç
247,263
99
103
155
183
32
Roman
261
185
349
316
193
33
Rupçe
-
108
13,108
186/16
161
34
Suhaç
249
107
127
160
183
35
Týrnak
-
101
-
-
183
36
Tlaçane
-
164
325
-
189
37
Todoriçane
251
91
102
186/3
161
38
Toros
285
211
-
419
255
39
Ugýrçin
-
241
436
413
253
40
Yaniça / Eniça
265
26
114
170
185
* TKGM, KK n° 58 ;                 ** TD n° 370 ;                *** TD n° 382

 


 


 

 

Nous allons examiner le tableau n° 4 d'abord par colonnes, en­suite par lignes. L'examen par colonnes nous montrera le processus d'islamisation dans la totalité des villages situant dans la zone po­make. Alors que l'examen par lignes illustrera ce processus dans chaque village pris isolément. Dans l'examen par colonne, on va etudier des villages, alors que dans l'examen par lignes on va parler des ménages, des noms des individus chefs de ménage.

I. Examen du tableau n°4 par colonnes

Le tableau n°4 se constitue de six colonnes. Dans la première colonne, sont indiqués, dans l'ordre alphabétique, les 40 villages peuplés, exclusivement ou partiellement, de Pomaks juste avant la guerre turco-russe de 1877-1878. Les colonnes suivantes sont réser­vées respectivement aux données obtenues des tahrir defters de 1479, 1516, 1545 et 1579. Dans la dernière colonne, nous avons donné les chiffres du Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 (Annuaire de la Province du Danube de 1873), pour pouvoir faire une compa­raison entre les nombres des Pomaks de XVIème et XIXème siècle.

Les villages se trouvant dans notre première colonne sont répar­tis entre les kazas (districts) Lofça (Loveč), Plevne (Pleven), Rahova (Orjahovo) et Ývraça  (Vraca). Ces kazas appartenaient au sandjak de Niðbolu (Nikopol) au XVe et XVIe siècles et au vilayet de Tuna (province du Danube) au XIX siècle.

A. le tahrir Defter de 1479

Le plus ancien tahrir defter ottoman du sandjak du Niðbolu (Nikopol), qui a pu être conservé, est un icmal ou registre synopti­que. Ce registre est conservé dans la Section orientale de la Biblio­thèque nationale de Kiril et Methodi de Sofia (OAK, 45/49, inven­taire no: 1/1960). Il a été traduit en bulgare par Russi Stoikov et publié par l'Institut d'Histoire de l'Académie bulgare des Sciences, accompagné de ses fac-similés[79]. Le document comprend 60 feuilles. Ce registre n'est pas daté dans son texte. Le traducteur de ce registre le situe « avec certitude vers le milieu du XVe siècle »[80]. Comme le remarque Bistra Cvetkova, cette date est fausse[81]. Ce registre est daté, maintenant, de 1479 par les historiens[82].

Ce tahrir defter est de type icmal (synoptique). Il ne donne que le nombre des ménages[83] musulmans (hane-i Müslim), des ménages non-musulmans (hane-i gebr) et le nombre des veuves (bive). En d'autres termes, il ne donne pas les noms des individus chefs de mé­nages. Par conséquent, nous ne savons pas si les familles musulma­nes sont des turques authentiques ou des bulgares converties à l'Islam.

En 1479, dans la région pomake, il n'y avait que 4 ménages mu­sulmans en 3 villages : Ýzvor[84], Reseleç[85], Todoriçane[86].

Tableau n° 5 : Les Musulmans en 1479
Villages
Ménages
1. Ýzvor
1
2. Reseleç
1
3. Todoriçane
2
Total
4
Total (individus)*
20
* On obtient le nombre des individus en multipliant
par 5 le nombre des ménages[87].

Le village d'Ýzvor est celui de Bălgarski Ýzvor d'aujourd'hui[88]. Le nom a été changé en 1934[89]. L'ancien nom de ce village était Ýzvor-i Müslim dans les registres officiels et Turski Ýzvor parmi le peuple. Ce village est enregistré dans le Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 (Annuaire de la Province du Danube de 1873) sous le nom Ýzvor-i Müslim. Il était peuplé exclusivement des Pomaks. En 1873, dans ce village, il y avait 445 ménages et 2340 mâles musulmans[90]. Alors que selon le registre de 1479, à Ýzvor, il y avait un seul ménage mu­sulman (hane-i müslim), 31 ménages chrétiens (hane-i gebr), 4 veu­ves (bive) chrétiens[91]. Le registre de 1479 mentionnait également, à Reseleç, 1 ménage musulman, 39 ménages et 4 veuves chrétiens[92]. Quant à Todoriçane, il y avait 2 ménages musulmans, 17 ménages chrétiens et 1 veuve chrétienne[93].

En 1479, le village d'Ýzvor se trouvait dans le vilayet (département) de Lofça[94], tandis que Reseleç et Todoriçane apparte­naient au vilayet de Mramorniçe. Ýzvor se trouve au sud-est de la région pomake[95], alors que Reseleç[96] et Todoriçane[97] sont au centre de la région. Reseleç est plus à l'ouest que Todoriçane.

On doit traiter avec précaution l'idée selon laquelle Turski Ýzvor, Galata, Pomaþka Leþniça, Gradeþniça, Hýsen et Dobrevci sont les premiers villages pomaks dans la région[98]. Comme on vient de le voir seulement à Ýzvor, il y avait un ménage musulman. Il parait que cette thèse a été développée non pas en partant des données histori­ques, mais plutôt de l'hypothèse selon laquelle les premiers Pomaks sont apparus dans les villages montagneux du sud-est de la région où la vie est difficile. Cette thèse n'a rien à voir avec les réalités. Rese­leç et Todoriçane, les deux premiers villages où les Pomaks sont ap­parus, ne se situent pas au sud-est, mais au centre de la région où les terres sont relativement plates et fertiles.

Dans les autres villages, il n'y avait pas de Musulmans en 1479. Dans ce travail, nous admettons ces 4 familles musulmanes dans les villages d'Ýzvor, Reseleç et Todoriçane comme les « premiers Po­maks »[99] dans l'histoire. Cependant puisque le tahrir defter de 1479 est un registre de type icmal (synoptique), nous ne savons pas les noms de ces premiers Pomaks. De même, nous ne savons pas s'ils sont des Turcs authentiques venant d'Asie mineure ou des Bulgares nouvellement convertis à l'Islam.

Parmi ces 40 villages peuplés de Pomaks au XIXe siècle, 15 villages (Býrkaçevo, Blýsniçevo (Rumyançevo), Breþte (Breþke), Bu­kofça, Curilova, Galata, Glava, Gornik, Komarevo, Koynare, Popiça, Radomirçe, Týrnýk, Tlaçane, Ugýrçin) ne sont pas enregistrés dans le registre de 1479[100]. On sait que les deux premières pages sont man­quées de ce registre, il est possible que certaines de ces villages soient sur les pages perdues. En dehors de ce cas, il parait difficile de supposer que le commissaire de recensement ait pu ignorer ces villages. On pourrait donc conclure que, si ces villages n'étaient pas sur les deux feuilles perdues, ils n'existaient pas en 1479 et qu'ils sont fondés après cette date[101].

Dans les 25[102] villages inscrits dans le registre de 1479, il y avait 487 ménages et 35 veuves chrétiens contre 4 ménages musul­mans.

On peut conclure que l'apparition des premiers Pomaks (ou avec une expression plus correcte, des premiers Musulmans dans la ré­gion pomake de Lofça) ne va pas plus loin de 1479. A partir de la conquête définitive de la région par le Sultan Beyazid en 1393, du­rant 88 ans, on ne voit pas, dans la région pomake de Lofça, une co­lonisation importante venue de l'extérieure ou une conversion consi­dérable effectuée sur place.

C'est pourquoi, la thèse selon la quelle les Bogomils se sont convertis à l'Islam avec la venue des Ottomanes n'est pas confirmée par la documentation ottomane. Cependant les tahrir defters otto­mans contiennent beaucoup de renseignements sur les Pavlikens, c'est-à-dire les Bogomils[103].

B. Le tahrir Defter de 1516

Le registre ottoman suivant de cette région, qui a pu être con­servé, est ce qu'on appelle un mufassal ou registre détaillé. Il porte le titre Defter-i Mufassal-i Vilayet-i Niðbolu (registre détaillé de la province de Nikopol). Il est de l'époque du Sultan Selim Ier. Le re­gistre est daté dans son texte de 922 de l'hégire (1516 de l'ère chré­tienne). Ce registre est inédit et conservé dans le Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi (BOA) (Archives ottomanes de la Présidence du Conseil) à Ýstanbul. Il est inscrit sous le numéro 11 dans le fonds de Maliyeden Müdevver Defterler (MM) (registres issus du Ministère de la Fi­nance)[104]. Il y a également un registre icmal (abrégé), conservé éga­lement dans le Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi, à Ýstanbul, sous le nu­méro 370 du fonds de Tapu Tahrir Defterleri[105]. Il est daté de 1530. Le registre TD n°370 est le registre de comptabilité de la province de Rumeli (Muhasabe-i Vilayet-i Rumeli Defteri)[106]. La partie concer­nant le liva de Niðbolu de ce registre devait être rédigée à partir des données du registre détaillé de 1516 (MM n°11). Les chiffres des deux registres sont les mêmes. Nous suivons essentiellement le mu­fassal (registre détaillé) de 1516. Nous allons le citer, ci-après, comme « MM n°11 » en abrégé.

Les villages de Býrkaçevo, Blýsniçevo (Rumyançevo), Bukofça, Glava, Komarevo, Koynare, Popiça, Radomirçe, Týrnak, Tlaçane et Ugýrçin qui ne sont pas inscrits dans le registre de 1479, sont enre­gistrés dans le registre de 1516. On peut penser que ces villages sont récemment fondés, entre 1479 et 1516. Pour les villages Býrkaçevo, Bukofça, Popiça et Tlaçane, nous en avons la preuve : Dans le regis­tre de 1516, il est indiqué clairement que ces villages sont fondés par les gens venant de Gabare[107] qui est un village de quelques kilomè­tres au sud de nos villages.

Le registre de 1516 montre que le nombre des villages peuplés de Musulmans a augmenté. On comptait maintenant 9 villages habi­tés aussi par les Musulmans. D'après le registre de 1516, on peut dresser la liste des villages peuplés de Musulmans (Tableau n° 6).

Comme on le voit, durant ces 37 ans (1479 à 1516), la popula­tion musulmane dans nos villages est passée de 4 (=20 individus) à 15 ménages et 6 célibataires (=81 individus) ce qui suppose une croissance de 405 %[108]. La population chrétienne, elle aussi, a aug­menté passant de 487 ménages et 35 veuves en 1479 à 1472 ména­ges, 782 célibataires et 46 veuves en 1516.

Tableau n° 6 : Les Musulmans en 1516
Villages
Ménages
FA*
Célibataires
FA*
1. çerikova
1
1
1
1**
2. Çerven Breg
1
1
-
-
3. Ýzvor
2
1
1
-
4. Leþniça
3
1
-
-
5. Reseleç
1
-
-
-
6. Roman
3
2
4
3
7. Rupçe
1
-
-
-
8. Toros
2
-
-
-
9. Ugýrçin
1
?***
-
-
Total
15
6
6
4
Total (Individus)****
75
30
6
4
Individus : 75+6=81 dont fils d'Abdullah : 30+4=34 (41,97 %)= (34x100:81)
 
*FA : fils d'Abdullah
**Petit-fils d'Abdullah
*** Le registre de MM n°11 (p.241) indique qu'il y a un ménage musulman à Ugýrçin,
cependant il ne donne pas le nom de chef de ce ménage.
**** On obtient le nombre des individus en multipliant par 5 le nombre des ménages.

Le tahrir defter de 1516 (MM n°11) est un registre détaillé (mufassal) qui indique également les noms des individus chefs de ménages avec les noms de leurs pères. D'après le registre de 1516 (MM n°11), 6 des 15 des individus chefs de ménages 4 de 6 célibataires (mücerred) musulmans sont des fils d'Abdullah. Ce qui représente 42 % des musulmans sont des fils d'Abdullah[109]. On peut même penser que les musulmans qui ne sont pas les fils d'Abdullah peuvent être les « petits-fils d'Abdullah ». Car, déjà en 1479, il y avait 4 ménages musulmans dans la zone. Les chefs de famille des foyers musulmans qui ne sont pas des « fils d'Abdullah » peuvent venir des ménages musulmans enregistrés en 1479.

Les villages d'Ýzvor, Sopot, Toros et Ugýrçin se situent au sud-est de la zone pomake et il n'existe aucun village peuplé de Pomaks plus à l'est de ces villages. Ils sont des villages voisins et constituent un carré sur la carte. Leurs lieux sont relativement montagneux. Ýzvor et Toros sont sur l'affluant du Vit, quant à Ugýrçin, il se situe sur l'autre affluent du Vit. Roman se situe au sud-ouest de la zone pomake. Les villages se situant à l'ouest de Roman ne sont pas des villages pomaks. En regardant la situation géographique de ces villa­ges, on peut observer que les premiers Pomaks sont apparus plutôt dans les villages se situant au sud et surtout au sud-est de la zone pomake. Cependant, on ne peut pas faire une conclusion générale à partir de cette observation. Car, les autres villages (Çerven Breg et Reseleç) où sont apparus les premiers Pomaks se trouvent au centre de la zone pomake. Ils sont deux villages voisins fondés sur la ri­vière Iskýr.

C. Le tahrir Defter de 1545

Pour l'étape suivant, nous disposons d'un mufassal (registre dé­taillé) de l'époque du Sultan Süleyman le Législateur. Le document ne porte pas la date dans son texte, mais on peut le dater d'environ 1545. Ce registre inédit est conservé dans le Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi (Archives ottomanes du Premier Ministère), à Ýstanbul, classé sous le numéro 416 dans le fonds de Tapu Tahrir Defters (nommé ci‑après « TD n°416 » en abrégé). Nous avons également une autre copie de ce registre qui est conservé aussi dans le Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi sous la cote TD n°452. Les inscriptions de ces regis­tres sont identiques. Probablement le registre n°416 est original (asýl), alors que le registre n°452 est la copie (suret).

Le village de Dýbene, n'étant pas mentionné dans le registre pré­cédent (MM n°11), est enregistré maintenant dans le registre de 1545. On peut en déduire qu'il est récemment établi entre les années 1516 et 1545. Le registre de 1545 indique que le village de Dýbene est « haric ez defter-i atik » (non mentionné dans le registre précé­dent)[110]. De même le registre synoptique (icmal) de 1516 (TD 370) note que Dýbene est un village déserté (hali mezraa)[111]. Le registre de 1545 fait mention l'existence de 13 ménages, 9 célibataires et 1 veuve, tout chrétiens[112].

Le registre de 1545 montre que le nombre de villages compor­tant des Musulmans a augmenté. On comptait maintenant 13 villages (9 en 1516) peuplés aussi de Musulmans, alors que le nombre de villages entièrement chrétiens avait été baissé. D'après le registre de 1545, on peut dresser la liste des villages peuplés de Pomaks et le nombre de ménages musulmans et célibataires musulmans (Tableau n° 7 ).

Tableau n° 7 : Les Musulmans en 1545
Villages
Ménages
FA*
PFA**
Célibataires
FA*
PFA**
1
Çamakofça
2
2
-
2
-
2
2
Hubuvane
3
2
-
-
-
-
3
Kurusoviça
1
1
-
1
1
-
4
Leþniça
3
1
-
-
-
-
5
Lukovit(Gorna)
3
3
-
1
1
-
6
Petreven
1
1
-
1
1
-
7
Popiça
1
1
-
-
-
-
8
Reseleç
1
-
-
-
-
-
9
Roman
5
1
-
3
-
--
10
Suhaç
1
1
-
-
-
-
11
Todoriçane
1
1
-
1
1
-
12
Ugýrçin
1
1
-
-
-
-
13
Yaniça
2
1
1
-
-
-
 
Total
25
16
2
9
4
2
 
Individus***
125
80
10
9
4
2
Individus 125+9=134              dont FA+PFA=80+10+4+2=96  (71,64 %)  = (96x100:134)
* FA : Fils d'Abdullah
** PFA : Petits-fils d'Abdullah
*** On obtient le nombre des individus en multipliant par 5 le nombre des ménages[113].

La population musulmane est passé de 15 ménages et 6 céliba­taires (=81 individus) en 1516 à 25 ménages et 9 célibataires (=134 individus) en 1545, soit une croissance de 165 %[114] .

En 1545, 16 des 25 des individus chefs de ménages et 4 des 9 célibataires (mücerred) musulmans sont fils d'Abdullah. Egalement dans nos villages, 2 des 25 des chefs de famille des foyers musul­mans et 2 des 9 célibataires (mücerred) musulmans sont des petits-fils d'Abdullah. En d'autres termes, 71,64 % des musulmans sont des fils d'Abdullah et des petits-fils d'Abdullah[115].

D. Le tahrir Defter de 1579

Le quatrième registre dont nous disposons est aussi un mufassal inédit. Il s'intitule Defter-i Mufassal-i Liva-i Niðbolu (registre dé­taillé de la province de Nikopol). Il est daté de H.987 (1579) dans son texte. L'original (asýl) du registre, comportant le tuðra de Murat IIIe, est conservé à Ankara, dans la section de Kuyud-i Kadime (registres anciens) de Tapu Kadastro Genel Müdürlüðü (Direction générale des registres cadastraux). Il est enregistré sous le numéro 58. Nous allons citer ce registre comme « KK n°58 », en abrégé. Il y a également une copie (suret) de ce registre qui est conservé dans le Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi à Ýstanbul. Il est inscrit sous le numéro 718 du fonds de Tapu Tahrir Defterleri (nommé ci-après « TD n°718 »). Il manque les premiers pages du registre de TD n°718. Toutes les inscriptions de ce registre sont les mêmes que celles du registre KK n°58.

Le registre KK n°58 a une belle écriture, alors que celui TD n°718 a une mauvaise écriture. Nous avons consulté les deux registres aussi. Cependant les photocopies annexées à cette étude sont tirées, malheureusement, du registre TD n°718, non pas de celui KK n°58, puisque le Tapu Kadastro Genel Müdürlüðü n'accorde que l'autori­sation de photocopier d'un registre deux ou trois pages, alors que le Baþbakanlýk Osmanlý Arþivi donne les photocopies d'un tiers d'un registre.

Les villages de Breþte et Galata, n'existant pas dans le registre de 1545, sont enregistrés maintenant dans le registre de 1579. On peut en déduire que ces villages sont nouvellement fondés entre 1545 et 1579.

D'autre part on peut observer que dans le registre de 1579, le nombre des villages peuplés de Musulmans a augmenté. En 1579, il y avait 22 villages sur 40 peuplés de Pomaks. Ce qui montre que la majorité de nos 40 villages pomaks sont déjà peuplés partiellement de Pomaks en 1579.

D'après le registre de 1579, nous avons dressé la liste des villages peuplés de Pomaks et le nombre de ménages et célibataires musul­mans (voir le Tableau n° 8).

Tableau n° 8 : Les Musulmans en 1579
Villages
Ménages
FA
PFA
Célibataires
FA
PFA
1
Bela Slatina
3
1
 
-
 
 
2
Býrkaçevo
1
1
 
1
 
1
3
Çamakofça
4
3
 
3
 
 
4
Çerikova
3
2
 
3
 
 
5
Çerven Breg
15
4
 
10
 
 
6
Galata
6
-
 
5
 
 
7
Huyuvan
6
-
 
3
 
 
8
Ýzvor
14
-
 
8
 
 
9
Koynare
4
1
 
6
 
 
10
Kurusoviça
6
1
 
2
 
 
11
Leþniça
6
2
 
4
4
 
12
Lukovit (Gorna)
6
1
 
7
1
1
13
Petreven
3
1
 
3
2
 
14
Popiça
1
1
 
2
 
 
15
Radomirçe
2
-
 
-
 
 
16
Reseleç
3
-
 
-
 
 
17
Roman
16
-
 
6
-
 
18
Rupçe
1
-
 
1
-
 
19
Todoriçane
10
1
 
6
-
 
20
Toros
12
3
3
-
 
 
21
Ugýrçin
2
1
 
1
 
 
22
Yaniça
2
1
1
-
 
 
 
Total
126
24
4
71
7
2
 
Total (Individus)*
630
120
20
71
7
2
Individus: 630+71=701           dont FA+PFA : 120+20+7+2=149  (21,25 %)    (=149x100:701)
* On obtient le nombre des individus en multipliant par 5 le nombre des ménages.

La population musulmane est passée de 25 ménages et 9 céliba­taires (=134 individus) en 1545 à 126 ménages et 71 célibataires (=701 individus) en 1579, soit une croissance de 523 % en 34 ans. La croissance rapide des musulmans s'explique par le nombre des fils d'Abdullah. Dans nos villages de la zone pomake, en 1579, d'après le regis­tre KK n°58, les 24 des 126 des individus chefs de ménages et les 7 des 71 célibataires (mücerreds) musulmans sont fils d'Abdullah. Egalement dans nos villages, 4 des 128 des chefs de famille des foyers musulmans et les 2 des 72 célibataires (mücerreds) musulmans sont des petits fils d'Abdullah. Ce qui suppose que 21,25 % des mu­sulmans sont des fils d'Abdullah et petit-fils d'Abdullah[116].

En résumé, en 1579, il y avait 126 ménages et 71 célibataires musulmans (en tout 701 individus), contre 2429 ménages et 1459 célibataires chrétiens (en tout 13 604 individus). 4,90 % de la popu­lation totale des villages se situant dans notre zone était déjà musul­mane. Ce qui montre que l'islamisation dans la région n'était plus négligeable.

D'ailleurs la grande partie de la population musulmane était le fils ou petit-fils d'Abdullah. Les fils et petits-fils d'Abdullah re­présentaient 41,97 % en 1516, 71,64 % en 1545 et 21,22 % en 1579.

Enfin, on peut préciser que la thèse selon laquelle l'apparition des Pomaks a eu lieu à la fin de XVI siècle et surtout au début du XVII siècle n'est pas en conformité avec les données des registres de 1479, 1516, 1545 et 1579. Car, comme on vient de le voir, même s'ils sont peu nombreux, il y avait des Musulmans dans les villages pomaks à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècles.

On peut observer également l'apparition lente des Musulmans et l'augmentation progressive de la population musulmane. Ce qui réfute la thèse bulgare de la conversion forcée.

 

 

E. LE Salname-i Vilayet-i Tuna de 1873

Sur la dernière colonne du tableau, sont indiquées les données tirées du Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 (Annuaire de la Pro­vince du Danube de 1873) (nommé ci-après comme Salname, en abrégé). Nous avons constitué cette dernière colonne pour pouvoir faire la comparaison entre les taux de la population musulmane de XVIe et XIXe siècles. D'après le Salname, dans nos 40 villages, en 1873, il y avait 4797 ménages et 13 495 mâles[117] musulmans (=37 480 individus) contre 4738 ménages et 9909 mâles non-musulmans (=33 599 individus). Ainsi, dans nos villages situant dans la zone pomake, 50,30 % des ménages et 57,66 % des mâles étaient musul­mans. En convertissant le nombre des ménages en nombre d'indivi­dus, on peut affirmer que 52,73 % des individus étaient musulmans.

Ainsi la population musulmane est passée de 126 ménages et 71 célibataires (=701 individus) en 1579 à 4797 ménages et 13 495 mâles (=37 480 individus) en 1873, soit une croissance de 5346 % en trois siècles (précisément 294 ans). En d'autres termes, la population musulmane a multiplié par 53 en trois siècles. En 1579, la population musulmane était 4,90 % de la population globale, alors qu'en 1873, la population musulmane représentait 52,73 % en gros de la popula­tion totale.

Par contre, dans nos villages, la population chrétienne est passée de 2429 ménages et 1459 célibataires (=13 609 individus) en 1579 à 4738 ménages et 9909 mâles (=33 599 individus) en 1873, soit une croissance de 246 % en trois siècles (précisément 294 ans). En d'au­tres termes, la population chrétienne a multiplié par 2.46 en trois siècles. En 1579, la population chrétienne était 95,10 % de la popu­lation globale, alors qu'en 1873, la population chrétienne ne repré­sentait que 47,27 % de la population totale.

* * *

 

En résumé nous pouvons donner les tableaux suivants:

Tableau n° 9 : Les Musulmans en 1516
 
Ménages
FA
Célibataires
FA
Total
15
6
6
4
Individus
75
30
6
4
Individus : 75+6=81 dont fils d'Abdullah : 30+4=34 (41,97 %)= (34x100:81)
Tableau n° 10 :  Les Musulmans en 1545
 
Ménages
FA
PFA
Célib.
FA
PFA
Total
25
16
2
9
4
2
Individus
125
80
10
9
4
2
Individus: 125+9=134             dont FA+PFA=80+10+4+2=96  (71,64 %) = (96x100:134)
Tableau n° 11 :  Les Musulmans en 1579
 
Ménages
FA
PFA
Célib.
FA
PFA
Total
126
24
4
71
7
2
Individus
630
120
20
71
7
2
Individus: 630+71=702; dont FA+PFA: 120+20+7+2=149 (21,22 %) (=149x100:702)

De ces tableaux nous pouvons obtenir le pourcentage des fils d’Abdullah et des petit-fils d’Abdullah dans chaque année.

Tableau n°12 :  Le pourcentage des fils d’Abdullah et petit-fils d’Abdullah
 
Musulmans (Individus)
Fils d’Abdullah + 
Petit-fils d’Abdullah
Pourcentage des fils d’Abdullah et petit-fils d’Abdullah
1479
15
?
?
1516
81
34
42 %
1545
134
96
72 %
1579
702
149
21 %

Du tableau n° 12, on peut observer, premièrement, qu'une bonne partie de la population musulmane (42 % en 1516, 72 % en 1545 et 21 % en 1579) est le fils d'Abdullah et les petits-fils d'Abdullah. La partie de non-fils d’Abdullah et de non-petit-fils d’Abdullah peut aussi descendre d’un petit-fils d’Abdullah. Car, sur ce tableau, figurent seulement les fils d'Abdul­lah et les petits-fils d'Abdullah. Il est tout à fait normal qu'il y ait aussi des arriè­res‑petits‑fils-d'Abdullah. C'est pour­quoi, la descendance d’Abdullah peut être plus élevé en réalité que le taux donné plus haut. Par exemple, les Musulmans non-fils d'Abdullah ou non-petits-fils d'Abdullah inscrits dans le registre de 1579 peuvent être des petits-fils des fils d'Abdul­lah inscrits dans le registre de 1516.

Alors, les tahrir defters ottomans montrent que la plus grande partie des premiers Musulmans dans les villages pomaks sont des fils d’Abdullah. On peut même supposer que les Mu­sulmans qui ne sont pas des fils d’Abdullah sont probablement des descendants des fils d’Abdullah.

On peut observer également que l'apparition des premiers Mu­sulmans n'est pas datable. Il s'agit d'un processus long et lent. Durant un siècle, seulement 5 % de la population sont devenues musulmans. Comme le montre notre tableau, dans un village, on dénombrait par exemple, 1 ménage musulman en 1516, 2 en 1545 et 3 en 1579. Ce qui est réfute la thèse de la conversion forcée des Pomaks à l'Islam.

II. L'examen du tableau n°4 par lignes

Après avoir examiné le tableau n°4 par colonnes, nous pouvons maintenant étudier ce tableau par lignes. L'examen par colonnes a montré le processus d'islamisation dans la totalité des villages situant dans la zone pomake. Alors que l'examen par lignes de ce tableau montrera le processus d'islamisation dans chaque village pris isolé­ment. Dans l'examen du tableau par colonnes, nous n'avons parlé que de villages, alors que maintenant dans l'examen du tableau par li­gnes, nous allons également parler de ménages. En d'autres termes, dans le titre précédent, nous avons cité les noms de villages, alors que maintenant nous aurons l'occasion de citer les noms de chefs de famille, des noms de célibataires, des veuves. On peut même avoir l'occasion de suivre l'histoire d'une famille de 1516 à 1579. On peut dire que le titre précédent était basé sur l'unité de village, alors que le titre présent sur l'unité de ménage, même sur l'individu.

1. Bela Slatina

On rencontre l'enregistrement du village de Bela Slatina avec ce nom pour la première fois dans le registre de 1516[118]. Dans le regis­tre de 1479, on ne trouve pas le nom de Bela Slatina. Le mot « Bela Slatina » veut dire en langue bulgare « marais blanc ». Dans les Bal­kans et surtout dans le bassin du Danube, il y a plusieurs lieux d'habitations portant le nom « Slatina » (marais). De même, dans le registre de 1479, il y a aussi plusieurs villages s'appelant « Ýslatina »[119]. Probablement l'un de ces villages est l'origine de no­tre Bela Slatina. Pour distinguer notre Ýslatina des autres villages s'appelant le même nom, on a probablement ajouté l'adjectif « Bela » (blanc) devant « Ýslatina »[120]. D'ailleurs on sait que l'ancien nom de Bela Slatina était « Slatina »[121]. Recherchons alors notre « Ýslatina » parmi les villages s'appelant « Ýslatina » inscrits dans le registre de 1479.

Dans le registre de 1479, il y a deux villages s'appelant « Ýslatina ». L'un se trouve dans le district de Lofça[122], l'autre dans celui d'Ývraça [123]. Puisque Bela Slatina se trouve dans le district d'Ývraça  d'après le registre de 1516[124], on peut conclure qu'Ýslatina appartenant au district d'Ývraça  dans le registre de 1479 doit être Ýs­latina désigné plus tard par le nom Bela Slatina. Ýslatina[125] apparte­nant au district de Lofça doit être celui qui se trouve au nord de Lofça. Il se situe encore dans le même district. D'ailleurs les villages de Ragozen et Lehçevo se trouvant près de Bela Slatina sont inscrits sur la même feuille que notre Islatina.

Les premiers Musulmans sont inscrits à Bela Slatina dans le re­gistre de 1579. Il mentionne 3 ménages musulmans contre 174 mé­nages et 131 célibataires chrétiens[126]. Les noms des individus chefs de ménages sont Hasan, fils de Yusuf ; Sefer (?)[127], fils de Yusuf et Sali(h)[128], fils d'Abdullah. Salih est un fils d'Abdullah. Hasan et Se­fer sont fils de Yusuf. Cependant on ne sait pas si leur grand-père, car Yusuf n'est pas enregistré en tant que chef de mé­nage dans ce registre. Probablement il est déjà mort, car il a deux fils mariés ayant leurs propres çiftliks (exploitation agricole).

Il convient de voir brièvement le développement de la popula­tion de Bela Slatina. Dans ce village, il y avait 20 ménages (hane) et 2 veuves (bive) chrétiens en 1479[129]; 47 ménages, 20 célibataires (mücerred) et 3 veuves en 1516[130], 113 ménages, 11 célibataires et 11 veuves en 1545[131]; 3 ménages musulmans, 174 ménages et 131 célibataires chrétiens en 1579[132].

Ainsi la population est passé de 20 ménages et 2 veuves en 1479 à 177 ménages et 131 célibataires en 1579. Ce qui représente une croissance de 1009 % en 100 ans et une croissance annuelle de 10 %. Cette croissance rapide coïncide avec l'épopée de l'Empire otto­man. Sur le plan de Bela Slatina, la croissance annuelle ne peut pas être expliquée seulement par la fécondité normale de la population. Il doit y avoir certainement une immigration dans ce village. Ce qui est confirmé par le registre de 1545. Car, dans le registre TD n°416, en bas des noms des 12 chefs de ménages, et des 10 célibataires et d'une veuve sont inscrits le mot « Prisleç »[133] qui veut dire en bul­gare « immigré », « nouveau venu ». On peut donc observer que situé sur les terres fertiles, Bela Slatina recevait l'immigration en prove­nance probablement de villages environnants. Il faut également sou­ligner que ces nouveaux venus étaient tous chrétiens et portaient des noms bulgares. Cependant il ne faut pas exagérer la contribution de l'immigration, car le registre de 1579 ne mentionnait qu'un seul « prisleç »[134].

Depuis 1545, Bela Slatina était l'un des plus grands villages dans la région. Bela Slatina était un domaine impérial (hass-ý Padiþah). Il appartenait au nahiye de Niðbolu, 1516 et 1545 et au kaza de Rahova en 1579.

2. Belençe

Il n'y avait pas de Musulmans à Belençe en 1479, 1516 et 1545[135]. Nous n'avons pas pu trouver l'enregistrement de ce village dans le registre de 1579 (TKGM, KK n°58 et BOA, TD n°718). Puisque, d'une part, ce village est enregistré dans les registres précé­dents, et d'autre part, dans un registre de 1642[136], il doit être certai­nement dans le registre de 1579. Probablement à cause d'un pro­blème de lecture, nous n'avons pas pu trouver ce village alors qu'il est inscrit dans le registre de 1579. Nous savons qu'à Belençe, il y avait 43 ménages et 163 hommes musulmans en 1873[137]. Le registre de 1642 mentionne 30 ménages tous chrétiens. Alors la seule chose que nous pouvons dire à propos de Belençe, les Pomaks de ce village sont apparus après 1642.

3. Býrkaçevo

D'abord il convient de remarquer que dans notre région, il y a un Býrkaçevo et un Býrkaç. Le premier se trouve près de Bela Slatina (A1) et appartenait au district de Rahova et le deuxième se trouve près de Sadovec et appartenait au kaza de Plevne d'après le Salname-i Vilayet-i Tuna de H.1290 (A.D.1873)[138]. C'est le premier (Býrkaçevo) et non pas le deuxième (Býrkaç), qui est peuplé de Po­maks. Car Býrkaç se trouve à l'est de la rivière Vit, donc il n'est pas Pomak. Dans les registres de XVIe siècle, nous trouvons deux Býr­kaç. Probablement l'un est notre Býrkaçevo. Avec le temps passé pour distinguer l'un de l'autre, on a ajouté probablement le suffixe « -evo » à l'un.

Le registre de 1479 mentionne un village s'appelant « Drenoviça, autre nom (nam-i diðer) Býrkaç »[139], se trouvant dans le district de Mromorniça[140] qui a été aboli avant 1516 et son terri­toire a été attribué au kaza de Niðbolu en 1516, qui sera partagé plus tard (1579) entre les kazas de Plevne et Rahova et Ývraça . A notre avis, ce « Drenoviça, autre nom Býrkaç » n'est pas notre Býrkaçevo, car comme on va le voir dans le paragraphe suivant, notre Býrkaçevo est un village nouvellement établi vers 1516.

Il y a deux villages s'appelant Býrkaç dans les registres de 1516 et 1545. L'un se trouvait dans le kaza d'Ývraça [141], l'autre dans celui de Lofça[142]. Celui appartenant au kaza d'Ývraça  est notre Býrkaçevo se trouvant près de Bela Slatina et dans lequel vivaient des Po­maks au XIXe siècle. Car, dans le registre de 1516[143], ce Býrkaç a été enregistré avec les villages Tlaçane, Popiça, Bukofça, qui se trouvent aujourd'hui près de Býrkaçevo. Dans le registre de 1516, il est indiqué que ce village (avec Bukofça, Popiça, Tlaçane) a été fondé par les gens venant de Gabare[144] qui est un village de quel­ques kilomètres au sud de notre Býrkaçevo.

Dans les registres de 1579, il y a aussi deux Býrkaç. L'un appar­tenait au kaza de Rahova en 1579 et l'autre à celui de Lofça. D'après la division administrative de cette époque, celui qui est dans le kaza de Rahova est notre Býrkaçevo. Car, Bela Slatina se trouvant près de Býrkaçevo, lui aussi, appartenait, à cette époque, au kaza de Rahova.

A Býrkaçevo, il n'y avait pas de Musulmans en 1479, 1516 et 1545. Quant à 1579, il y avait 1 ménage et 1 célibataire musul­mans[145]. Les noms des individus chefs de ménage musulmans sont Nasuh, fils d'Abdullah et Mehmed, fils de Nasuh. Comme le montre le nom de son père, Nasuh est un fils d’Abdullah et Mehmet est son fils. Alors les Musulmans de Býrkaçevo sont des descendants d’un Abdullah.

4. Blýsniçevo

Le nom actuel de Blýsniçevo est Rumyançevo depuis 1948[146]. Dans les tahrir defters de XVIe siècle, il y a deux Blýsniçevo enre­gistrés. Les deux aussi appartenaient au kaza de Lofça. L'un s'appe­lait « Blýsniçevo nam-ý diðer (autre nom) Panega »[147], et l'autre « Blýsniçevo nam-ý diðer (autre nom) Golyam Pavlikan »[148]. Puisque les deux aussi appartenaient au kaza de Lofça, il est difficile de dé­terminer lequel est notre Blýsniçevo peuplé de Pomaks. A notre avis, « Blýsniçevo nam-ý diðer (autre nom) Panega »[149] est Blýsniçevo que nous recherchons. Car, Blýsniçevo se situe sur la rivière Panega et près de sa source. Il est donc normal que ce village soit connu aussi sous le nom Panega. On peut même penser que la rivière en question a pris son nom du village d'où elle est sortie. Par contre le Blýsniçevo connu aussi sous le nom de Golyam Pavlikan doit être un village se trouvant à l'est de Lofça. Car, les villages pavlikens sont en général à l'est de Lofça. A « Blýsniçevo nam-ý diðer (autre nom) Panega », il n'y avait pas de Musulmans au XVIe siècle. Il convient de noter qu'à « Blýsniçevo nam-i diger (autre nom) Golyam Pavlikan », non plus, il n'y avait pas de Musulmans. On peut donc conclure que les Mu­sulmans sont apparus dans ce village après le XVIe siècle.

5. Breþte (Breþke)[150]

Breþte ou Breþke est un village dont un tiers de la population était pomake en 1873